• 1808, une histoire du Grand Puits...

    1808, une histoire du Grand Puits...

     

    En cette année 1808, le sieur Jacques Rancoule, entrepreneur d'ouvrages publics résidant à La Trivalle, se voit confier la mission de curer le Grand Puits de la Cité pour la somme de 200 frs...

    En ce temps-là, les légendes concernant les trésors enfouis dans ce puits étaient encore très présentes dans les esprits comme dans la "tradition de la voix publique". L'entrepreneur accepte le contrat. Pensait-il trouver quelques richesses dans les profondeurs de l'ouvrage ? 

    Cependant, Jacques Rancoule ne réalise pas  le curage prévu, inquiet pour lui comme pour ses ouvriers, quant au risque d'asphyxie par le gaz méphitique de l'eau. 

    On fait alors appel à Monsieur Reboulh, pharmacien de son état, afin qu'il effectue des analyses et autres expériences et que l'on soit assuré qu'il n'y ait aucun risque.

    Monsieur Reboulh se rend sur les lieux le 17 septembre 1808, accompagné de Jean-Pierre Champagne, architecte ingénieur de la ville.

    Ils font descendre alors 2 lampes à huile dans le puits, jusqu'à la surface de l'eau. 

    Les lampes ne s'étant pas éteintes, on en conclut qu'il n'y a aucun risque à réaliser le curage du Grand Puits.

    Jacques Rancoule et ses ouvriers commencent les travaux le 22 septembre 1808, sous la direction de l'architecte Champagne. Le curage du puits est terminé le 22 décembre suivant.

    Ces travaux donnèrent lieu à des relevés que voici:

    - l'ouverture du puits à la surface de la margelle est de 3,60m de diamètre

    - du niveau de la margelle à la plus grande profondeur il y a 21 pieds, 3 pouces ou 20 toises, 1 pied, 6 pouces, ou encore 39 mètres 453 millimètres

    - le diamètre de la base à l'endroit le plus profond est de 3 mètres 46 centimètres

    On nota par ailleurs avec humour que:

    "...le peu de conséquence des objets qui furent trouvés dans ce puits donna le démenti à la tradition populaire ainsi qu'aux annalistes  et trompa l'espoir de l'entrepreneur."

    Qu'avait-on remonté du Grand Puits ?

    - "Une petite bourse de peau verte dans laquelle étaient quelques pièces de monnaie de cuivre blanchi, d'un côté était un faisceau d'armes, représentant des flèches et des foudres, de l'autre un écusson avec des lions et des fleurs et une inscription difficile à lire, on ne peut reconnaître la date"

    - "un casque de fer de forme romaine très usé et dévoré par la rouille"

    - "plusieurs flèches de forme différente"

    - "...une si grande quantité de pierre moellon qu'elle aurait été suffisante pour bâtir une maison à loger une famille" ce qui justifiait les 3 mois de travail que le curage du puits avait nécessité.

    Le sieur Rancoule tenta alors d'obtenir une indemnité. Dans un premier temps, il réclama 2414 frs, puis 1876 frs, mais n'obtint finalement que 300 frs...

    Au cours du XIXème siècle, le Grand Puits fera de nouveau l'objet d'au moins deux autres curages en 1832 et en 1881, mais on y trouva rien de plus !

    Et malheureusement, la petite histoire ne nous dit pas ce qu'il est advenu des ces objets remontés du Grand Puits en 1808...

     

    1808, une histoire du Grand Puits...

    « Exposition Dantoine à l'Hôtel du DonjonVie quotidienne.... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Mars 2015 à 12:45

    Ces objet anciens et de peu de valeur (pensait-on) on dû finir dans quelque décharge...

    Une belle histoire!

    Passe un bon dimanche printanier.happy

    2
    Dimanche 22 Mars 2015 à 14:20

    superbe article @+ Pat

    3
    Bob
    Dimanche 22 Mars 2015 à 16:44

    Bonjour,


    Apparemment 2 sources alimentent ces puits. Sait-on où elles passent dans la Cité et quel est son chemin ?

    4
    Lundi 23 Mars 2015 à 17:10

    C'est une grande histoire et merci pour le partage. Bonne soirée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :