•  

    Cette très belle exposition est présentée à la Maison du Patrimoine à Lagrasse depuis le mois de septembre dernier.

    L'entrée est libre et gratuite. 

     

    Les plafonds peints médiévaux de Lagrasse

     

    Les plafonds peints médiévaux du Languedoc-Roussillon

     

    Les plafonds peints médiévaux de Lagrasse

     

    Les plafonds peints médiévaux de Lagrasse

     

    Les plafonds peints médiévaux de Lagrasse

     

    Les plafonds peints médiévaux de Lagrasse

     

    Les plafonds peints médiévaux de Lagrasse

     

    Les plafonds peints médiévaux de Lagrasse

     

    Les plafonds peints médiévaux du Languedoc-Roussillon

     

    Les plafonds peints médiévaux du Languedoc-Roussillon

     

    Photographies © Fabienne Calvayrac - mai 2015

     

     Pour en savoir plus:

    www.rcppm.org

    Maison du Patrimoine de Lagrasse:

    04 68 43 11 56

    info@lagrasse.com

     

    Voir aussi sur le même thème:

    Les plafonds peints du Languedoc-Roussillon

     

    Cet ouvrage est disponible sur simple demande à la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Languedoc Roussillon  au numéro suivant:

    04 67 02 35 29

    http://www.culturecommunication.gouv.fr/

    Coût: les frais d'envoi seulement, la publication est gratuite

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • EXPOSITION PERMANENTE

    Panneaux décoratifs

    Reconstitution de four romain

     

    Thèmes archéologiques:

    Monnaie gauloise

    Poissons

    Sangliers

    Hiboux

    "Anna Scott s'intéresse depuis longtemps aux monnaies; en Angleterre ses premiers dessins concernaient des modèles grecs; en Languedoc, elle participe régulièrement à des fouilles archéologiques et découvre les monnaies gauloises.

     

    Sa sensibilité d'artiste est immédiatement stimulée par la qualité esthétique de celles -ci et elle entreprend dès lors un travail de re-création des modèles.

    A partir d'une observation poussée des pièces archéologiques elle a abouti à une compréhension intime de l'esthétique gauloise jusqu'à l'intégration du geste de l'artiste gaulois."

    Texte extrait de la présentation de l'exposition d'Anna Scott "Monnaies d'Argent, Monnaies de Terre", à la Maison des Mémoires, à Carcassonne en 2001.

     

    L'artiste travaille également sur le thème de la vigne et du vin, représentés dans différentes créations.

     

     

    VISITE GRATUITE

    OUVERT TOUTE L'ANNEE

    04 68 31 14 51

    annascottw@aol.com

    Domaine de Carliqui

    11300 LIMOUX

    ... Au bout du chemin de Carliqui,

    en face de l'église de Notre-Dame de Marceille

     

    Photographies © Fabienne Calvayrac - mars 2015

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Merci à Jean-Baptiste pour cette visite privée des plus enrichissantes !

     

    Le château de Chalabre

    La première mention écrite du château remonte à 1153.

    Il est composé de parties construites à différentes périodes:

    La base du donjon remonte au XIIème siècle. Il fut ensuite agrandi au XVème siècle.

    Le reste du monument date des XVIIIème et XIXème siècles, tout comme le crénelage et les échauguettes du donjon.

    Le château de Chalabre

    Le château de Chalabre

    Le château de Chalabre

    Le château de Chalabre

    Le château de Chalabre

    Le château de Chalabre

    Le château de Chalabre

    Le château de Chalabre

    Le château de Chalabre

    Le château de Chalabre

     

    Photographies © Fabienne Calvayrac - Janv. 2015

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    5 commentaires
  • L'église Saint-Pierre-ès-Liens de Cavanac

    L'église romane de Cavanac

     

    L'église romane de Cavanac

     

    L'église romane de Cavanac

     

    L'église romane de Cavanac

     

    L'église romane de Cavanac

     

    L'église romane de Cavanac

     

    L'église romane de Cavanac

     

    L'église romane de Cavanac

     

    L'église romane de Cavanac

     

    L'église romane de Cavanac

     

    L'église romane de Cavanac

     

    Photographies © Fabienne Calvayrac - Nov. 2014

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    10 commentaires
  • Situé sur la commune de Tuchan,  le château d'Aguilar est l'un des plus beaux sites du Pays Cathare.

    La chapelle romane, dédiée à Sainte-Anne (n°2 sur le plan ci-dessous), ne se trouve pas dans le château, mais sur un petit promontoire rocheux situé à 25 mètres de distance.

    Au Moyen-âge, un village castral fortifié s'étalait sur les pentes de la colline du château. La chapelle se situe dans ce secteur. On peut encore voir aujourd'hui les vestiges de l'enceinte qui protégeait le village et la chapelle (n°1 sur le plan).

    AGUILAR: la chapelle Sainte-Anne

    Plan Lucien Bayrou @ C.A.M.L

     

    AGUILAR: la chapelle Sainte-Anne

    La nef, d'une longueur d'environ 5 mètres est voûtée en berceau. Sa largeur avoisine les 4 mètres.

    AGUILAR: la chapelle Sainte-Anne

     

    AGUILAR: la chapelle Sainte-Anne

     

    AGUILAR: la chapelle Sainte-Anne

     

    AGUILAR: la chapelle Sainte-Anne

    L'abside de la chapelle, voûtée en cul-de-four, est d'une profondeur de près de 3 mètres. Deux niches servant de placards sont  aménagées dans les parois.

    AGUILAR: la chapelle Sainte-Anne

     Photographies © Fabienne Calvayrac - sept. 2014

     

    Pour en savoir plus:

    AGUILAR: la chapelle Sainte-Anne

     

    Commandes:

    c.a.m.l@wanadoo.fr

    Prix de la monographie: 5 €

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  •  

    La tour médiévale de Fabrezan en vente sur Le Bon Coin

     

    Photographie Gauthier Langlois

     

    Depuis le 15 août, la tour de Fabrezan est en vente sur Le Bon Coin aux conditions suivantes:

    PRIX: 100 000 €

    VILLE: Narbonne

    TYPE DE BIEN: maison

    PIECES: 2

    SURFACE: 150m2

    GES: vierge

    CLASSE ENERGIE: vierge

     

    "Belle tour médiévale du XIIIè dominant le joli village de Fabrezan, à 5 minutes de Lézignan-Corbières et de l'autoroute, 20 minutes de Narbonne et 25 km de Carcassonne, 2h de l'Espagne. Inscrite ISMH. 30m de haut, emprise de 160m2 au sol, avec des murs de 2,30m d'épaisseur. 2 belles salles voûtées au rez-de-chaussée et 1er de 70m2 environ (possibilité de créer un 3è niveau, un plancher ayant été partiellement supprimé). Une terrasse extérieure avec vue à 180° sur les Corbières. Ancienne cave de stockage de vin. Escalier taillé dans l'épaisseur des murs. Petit bâtiment attenant de 20m2 non communiquant. Eau, électricité, tout à l'égout. Travaux de rénovation à prévoir.

    Pour un projet atypique; musée, salle d'exposition, habitation...

    Curieux et pas sérieux s'abstenir, merci."

     

    Espérons que les nouveaux propriétaires des lieux sauront préserver ce patrimoine.....

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  • C'est 118-117 avant Jésus-Christ  que l'Imperator (Général en chef) Cneus Domitius Ahenobarbus fonde la Colonia Narbo Martius (Narbonne) sur la future Via Domitia déjà en chantier.

    Narbo Martius, grand port au débouché de la route d'Aquitaine dans la plaine littorale, devient la capitale de la Narbonnaise.

    La Via Domitia  relie les Alpes aux Pyrénées. C'est un axe à la fois politique, stratégique et commercial, de 500 km (338 milles*) .

    C'est aussi la première route tracée par les Romains en dehors d'Italie.

    Narbonne: la Via Domitia Carte © www.compostelle.alpes-haute-provence.fr

     

    Cneus Domitius Ahenobarbus reprend le tracé d'itinéraires plus anciens qui reliaient les oppida entre eux, en prenant soin d'éviter les zones les moins sûres.

    Les Romains maîtrisent déjà les techniques de construction des réseaux routiers depuis plus de 200 ans quand ils entreprennent la construction de la Via Domitia.  Une fois le tracé de la route borné par les topographes, les géomètres, et les arpenteurs , le chantier commence à plusieurs endroits en même temps.

    Divers corps de métiers interviennent, tels que des bûcherons, des terrassiers, des charpentiers, des carriers, des maçons, des forgerons...assistés par une main-d'oeuvre importante.

    Le trajet de la Via Domitia est ponctué de relais de poste ou d'étapes. Des bornes milliaires jalonnent la route et indiquent le MILLIA PASSUM, c'est-à-dire le millier de pas qui a été parcouru.

    Le tronçon de la Via Domitia qui traverse le Languedoc-Roussillon mesure 146 milles soit 216 km.

    Narbonne: la Via Domitia

    Photographie © Fabienne Calvayrac - Juin 2014

     

    Narbonne a su mettre en valeur un tronçon de la Via Domitia qui traversait la ville. Ce témoin de la période antique, situé Place de l'Hôtel de Ville, a été dégagé des comblements qui le couvraient et il est accessible au public depuis le mois de février 1997.

    Narbonne: la Via Domitia

     

    Narbonne: la Via Domitia

     

    Dans les zones urbaines, le réseaux routier est empierré, pavé ou dallé comme à Narbonne ou à Nîmes par exemple.

    Sur la photo ci-dessous, on note l'usure des pierres provoquée par les roues des chars.

     

    Narbonne: la Via Domitia

     

    Narbonne: la Via Domitia

     

    Narbonne: la Via Domitia

     

    Photographies © Fabienne Calvayrac - Juin 2014

    Dans les campagnes, la partie supérieure de la route (couche finale dite de roulement) n'est pas empierrée. Elle est couverte d'un mélange de terre et de graviers fins, ou d'un mortier fait de sable, graviers fins et chaux.

     

    * 1 mille = 1481 m 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    8 commentaires
  • Promenade chez Bérenger Saunière,

    à Rennes-Le-Château...

     

    Le domaine de l'Abbé Saunière - Rennes-Le-Château

     

    Le domaine de l'Abbé Saunière - Rennes-Le-Château

     

    Le domaine de l'Abbé Saunière - Rennes-Le-Château

     

    Le domaine de l'Abbé Saunière - Rennes-Le-Château

     

    Le domaine de l'Abbé Saunière - Rennes-Le-Château

     

    Le domaine de l'Abbé Saunière - Rennes-Le-Château

     

    Le domaine de l'Abbé Saunière - Rennes-Le-Château

     

    Le domaine de l'Abbé Saunière - Rennes-Le-Château

     

    Le domaine de l'Abbé Saunière - Rennes-Le-Château

     

    Le domaine de l'Abbé Saunière - Rennes-Le-Château 

     Photographies © Fabienne Calvayrac 2014

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    7 commentaires
  • Ce petit village de la Haute-Vallée de l'Aude est l'objet d'une légende selon laquelle, à la fin du XIXème siècle, son curé, Bérenger Saunière, aurait trouvé un fabuleux trésor.

     

    Rennes-Le-Château 

    Bérenger Saunière

    11 avril 1852  - 22 janvier 1917

     

    Bérenger Saunière s'installe à Rennes-Le-Château en 1885. Deux ans plus tard, il entreprend de restaurer l'église délabrée du village.

    L'édifice, dédié à Sainte-Marie Madeleine, date du XIème siècle, mais seule, l'abside a gardé son architecture romane, les autres parties de l'église ayant, à maintes fois, été remaniées au fil des siècles.

     

    Selon la tradition, Bérenger Saunière aurait trouvé plusieurs parchemins dans une cavité lors des restaurations de l'autel.

    Peu de temps après, lors des travaux de repavement de la nef et du choeur, il aurait découvert près de l'autel une "oule" (pot de terre) remplie de pièces d'or...

    Le prêtre entreprend alors d'importants travaux dans l'église et se fait construire un luxueux domaine.

    Ne pouvant justifier de la source de cet argent, largement dépensé, auprès de ses supérieurs, il est finalement privé de ses fonctions ecclésiastiques, en 1909,après un procès mouvementé.

    Dans les années 1960, un article de la Dépêche du Midi évoquant l'histoire du prêtre, va susciter l'engouement du public.

    La légende du trésor de Rennes-Le-Château était née... 

    Le village a depuis été visité par de nombreux chasseurs de trésors, ainsi que par de véritables pillards qui ont creusé, fouillé, détruit, volé et j'en passe.... 

    L'histoire de Bérenger Saunière a fait coulé beaucoup d'encre et enrichi de nombreux charlatans.

    De nombreux auteurs se sont penchés sur cette histoire.

    Plus récemment, le DA VINCI CODE, qui fait référence également à Rennes-Le-Château, a remporté le succès que l'on sait !

    Mais d'où venait donc cet argent...?

     

    Rennes-Le-Château

      

    Les auteurs sérieux qui ont étudié cette histoire s'accordent à dire  - documents à l'appui - que le curé avait organisé un trafic de messes, à grande échelle.

    Mais malgré certaines études fiables, nombreux sont ceux qui cherchent encore le trésor de Rennes-Le-Château. Pour certains, il s'agirait du trésor des Wisigoths, pour d'autres, de celui des Templiers ou bien encore (carrément... !) du Saint-Graal !!!

    Il y a aussi les adeptes de la théorie de la descendance du Christ (les Mérovingiens), issue de son union avec Marie-Madeleine... Bref, il y en a un peu pour tous les goûts ...!

     

    Rennes-Le-Château

     

    Rennes-Le-Château

     Détails du bénitier de l'église Sainte-Marie-Madeleine

    La tête du diable photographiée ici est une copie, l'originale ayant été volée il y a quelques années.

    Photographies © Fabienne Calvayrac 2014

     

    Rennes-Le-Château

     

     

    Rennes-Le-Château

     

     

    Rennes-Le-Château

    La Tour Magdala, de style néo-gothique, construite par Saunière entre 1898 et 1906. Elle servait de cabinet de travail et de bibliothèque. Photographies © Fabienne Calvayrac 2014

     

    Rennes-Le-Château

     

    Rennes-Le-Château

    Le château (XVIème - XVIIème s.)

    Photographies © Fabienne Calvayrac 2014

     

    Mais si vos pas vous mènent un jour à Rennes-Le-Château, vous serez sans doute émerveillés par la beauté des paysages qui entourent ce petit village du Razès et qui, à eux seuls, méritent largement le détour !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    17 commentaires
  • La préservation du patrimoine n'est pas une mince affaire....

    Je sais que le coût des restaurations d'un monument ou d'objets classés est souvent exorbitant, mais quelle tristesse de voir d'aussi jolis moulages, certainement dûs à Viollet-Le-Duc, abandonnés ainsi, dehors, sous des bâches déchirées et exposés aux intempéries...

    Le patrimoine abandonné....

     

    Ces sculptures ne seraient-elles pas mieux dans un musée ? Ne présentent-elles aucun intérêt ?

     

    Le patrimoine abandonné....

     

    A l'évidence, ces moulages oubliés ne sont pas une priorité....

    Sans doute un jour les retrouvera-t-on chez un particulier de peu de scrupules, comme cela arrive, hélas, trop souvent...

     

    Le patrimoine abandonné....

     

     

    Le patrimoine abandonné....

     

    Je trouve ça vraiment navrant  et honteux .....

     

     

    Photographies: © Fabienne Calvayrac - 2014

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique